Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACKIMBO GULP !

ACKIMBO GULP !

Humeur & stupeur sans torpeur. Ce blog est le lien ombilical quotidien d'avec mes Très Chers Amis. Thanks so much for taking time out of your day to stop by my little space !


Humeur Badine le matin

Publié par DADA sur 24 Janvier 2008, 08:00am

Catégories : #Pensées

Un rayon du soleil flirte avec mon humeur, ce matin. Il fait bon se laisser caresser par ce doux toucher invisible.
L'hiver est pourtant bien installé, il fait froid mais un froid qui revigorise.
J'aimerai presque faire le "travail buissonnier". J'aurai davantage envie de promener mon chien, dans la nature, au calme.
Mais une fois arrivée sur mon lieu de travail, je me laisse absorber par le travail ordinaire d'une secrétaire. Heureusement, lorsque l'on sonne à la porte, et que j'accueille les visteuses
(c'était des soeurs de Congragation venues partager le repas avec une résidente), j'entrevois encore, ce temps frais et gaie.

J'espère qu'il durera toute la semaine et ce WE. Petit plaisir ordinaire et légitime, petit plaisir de la vie qui participe à la quête du bonheur.

Et puis en cette fin de soirée, comme à peu près chaque mercredi, nous regardons le documentaire d'ARTE. Et l'humeur n'est plus aussi légère.

Je m'interroge beaucoup. Nous avons vu ce documentaire :

Le 23 janvier 2008 à partir de 21h00

 
 

Les mercredis de l'histoire

Pour commémorer le 63e anniversaire de la libération des camps, le 27 janvier, “Les mercredis de l’histoire” proposent deux
documentaires, des terribles récits posthumes des Sonderkommandos d’Auschwitz aux témoignages des survivants.

Sommaire

23 janvier 2008 à 21h00
et samedi 26.01.08 à 05h00
Sonderkommando Auschwitz-Birkenau
Chargés de faire fonctionner les fours crématoires, de très rares déportés des “commandos spéciaux” ont pu témoigner, bravant l’anéantissement programmé. Emil Weiss fait résonner à nouveau leurs voix défuntes [...]

Ce sont les témoignages lus de ces hommes contraint de nettoyer les chambres à gaz. Des hommes juifs de ces sinistres convois, triés parce que solides physiquement et qui seront chargés d'enlever les corps inertes après "la douche" pour les charger et les entasser dans les fours. On nous montre les vestiges, les ruines d'Auschwitz, la campagne environnante, en noir et blanc, et des voix allemandes, françaises lisent les journaux intimes dévouverts bien après la libération des camps.
Ce lourd épisode des chambres à gaz que je connais à travers les livres d'histoire, les récits, je le connaissais déjà mais je réalise davantage l'ignominie  d'obliger des hommes à ramasser le corps des leurs, les priver de leur rendre hommage ou de sépulture, et de les incinérer comme des choses impies, vulgaires.
Toute l'histoire de la déportation  de ces années-ci me terrifie.  Et à l'origine de ces actes ignobles, il y a d'autres hommes, qui fort d'être ceux qui châtient, vont inventer des sulpices et les mettrent à exécution.
Enfin, je ne vais pas réécrire ce que des hommes de plume, de lettre,  révoltés, écoeurés, ont mieux écrit.
Mon humeur est devenu sombre, ce soir. J'essaie par la pensée de "rendre hommage" à ces malheureux. A ces millions d'innocents.
Je n'ignore pas qu'aujourd'hui encore, malgré une certaine vigilance, dans d'autres pays, des souffrances semblables existent malgré ce lourd passé que l'on ne doit pas oublier.
J'imagine comme il ne doit pas être si léger d'être un allemand avec cet héritage historique monstrueux. Ces héritiers ne sont pas à blâmer. Et il y a certainement encore beaucoup d'effort de mémoire à conserver, à continuer.
Le dernier poilus est décédé, dans quelques dizaines d'années ce sera le dernier témoin de cette guerre infâme qui partira. Et les négationnistes sont certainement à la porte pour profiter d'une lassitude de parler de ces évènements.
Alors, oui, il nous faut des documentaires comme celui-ci, les montrer, les regarder, en parler.

Alors je me dis que la quête du bonheur n'est  pas si difficile à conquérir en temps de paix, et que cette paix se gagne si l'on reste vigilant, citoyen et acteur devant des démonstrations de racisme quelles qu'elles soient.

Commenter cet article

Coralie 24/01/2008 23:10

Cette periode, ces temoignage me touchent toujours au coeur.Je ne saurais toruver les mots pour continuer le souvenir des ces disparus, de ces souffrances...D'autres ont su trouver les mots comme ce tres beau temoignage "Se taire est impossible", temoignagede Semprun Wiesel et Jorge Semprun.... Ou ce film qui melange atrocite et vie, Fateless, qui m'a beaucoup marque...

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents