Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

ACKIMBO GULP !

ACKIMBO GULP !

Humeur & stupeur sans torpeur. Ce blog est le lien ombilical quotidien d'avec mes Très Chers Amis. Thanks so much for taking time out of your day to stop by my little space !


Déclin ... à l'est du bois ...

Publié par DADA sur 7 Mars 2009, 09:12am

Catégories : #Dadackim

Après midi ciné en sortant du boulot à 13h45. Retrouvé Clint, comme au bon vieux temps, en tête à tête. On était quelque cinquante à partager ce tête à tête et ce fut un casse tête. La rencontre entre une forte tête, une tête de mule et des têtes de "cons". Le plus vieux s'entête à ne pas fréquenter ses voisins, "têtes de citron". Cette tête de bois, c'est Walt. Dès les premières minutes du film, à la messe lors du décès de son épouse, Walt Kowalsky maugrée plutôt qu'il ne murmure. Il est pas du genre prise de tête mais juge sévèrement famille et voisinage et aura bien du mal à desserrer les dents tout le film. Pour rendre le personnage encore plus asociale, celui ci gronde comme un Pitbull.  Et quand il est chez lui,  il se retrouve  sur son balcon jonché de cadavres par dizaines ...
de canettes de bière. Il desserrera un peu les dents, lorsqu'en manque de sa boisson préférée et vitale, il pourra en boire à l'oeil chez ses voisins "HMong".
Tao, la jeune tête de mule, résiste à entrer dans un gang mais ne sais pas comment trouver sa place dans sa famille, dans son quartier. L'un et l'autre s'adoptent et chacun apprend le meilleur de l'autre dans un bel échange entre générations. Mais il y a le cousin "tête de noeud" (vocabulaire encouragé par Walt-Clint himself), Spider, qui coûte que coûte veut imposer le jeune Tao à sa bande et vice-versa. Aussi papy Kolwasky donne un sens à ses derniers jours en protégeant ses voisins avec une violence  inouïe. 

Et le film s'acheva avec l'épisode où Walt, forte tête mais tête de linotte, affronta la bande de vilains  dont à sa tête Spider, sans colt ni magnum et finit en mise en bière.

Je n'ai pas trop aimé ce film dans l'ensemble, trop violent dans le verbe et trop raciste . Le racisme est devenu très ordinaire dans chaque échange, avec tous les protagonistes. Sur ce point, j'ai été très mal à l'aise. Et quand Walt gronde comme un ours, c'est poussée trop loin la caricature. Son regard glace suffisamment dans ces moments où Walt est exaspéré, point est besoin de rajouter ce grondement. C'est très dommageable pour la réussite du film car je crois qu'il aurait pu être plus profond.  Si on avait remplacé les mots grossiers par des jeux de mots, l'humour aurait été présent. La salle n'a rigolé qu'au moment où Walt, ne réussi pas à répéter le prénom asiatique d'une jeune fille, et l'appelle "Melle Miam-miam". Humour très réduit ...somme toute.

Mais, un plaisir immense de retrouver Clint, qui a 78 ans, a une forme, une silhouette à nous faire envisager la vieillesse comme un bel âge de la vie. Et sa longue silhouette me remémore mon parrain Gérard, qui lui aussi cracha du sang dans un mouchoir et qui mourut il y a + de 10 ans déjà d'un cancer du poumon, le triste sort qui menace Walt dans le film.
Et mon cher parrain, (mari de ma marraine Renée) avait une belle silhouette longue, fine. Il avait de magnifiques yeux bleu, et se coiffait comme Gary Cooper . J'aimais l'imaginer en portrait Harcourt studio et acteur, alors que son dur travail aux vignes, l'avait prématurément vieilli. Mais il aurait été aussi beau que Clint et aurait eu 76 ans cet année. Si bien, que je garderai une belle émotion de ce film.
Au fait ? Cette photo issu de ce film ne vous fait pas penser à un autre personnage et un autre film de Clint (sauf que son regard ici est très dur).
 Merci Clint !
Et pour un autre avis sur ce film, il y a l'article de Tibrikot, ICI.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Mirabelle 02/04/2009 08:55

Ah mais au ciné on ne peut pas tricoter !!!???On va ménager les velléités des amis pour les cas les plus urgents/importants de survie.

DADA 02/04/2009 09:20



Je peux pas tricoter alors j'ai mangé des pop corn ... pas sérieuse Dada des fois !



Mirabelle 28/03/2009 08:37

Comme toi je n'aime pas la violence verbale gratuite. Souvent, ça n'est pas nécessaire/utile. J'attendrai 2010 pour retourner au ciné moi

DADA 28/03/2009 17:50



Et si tu faisais garder ton petit monde le temps d'une scéance ciné ?
Les rugbypèdes sont une grande famille, il y a bien l'épouse de l'un des coéquipiers de Patrick qui ferait la nounou ? ! ? !



Tibrikot 08/03/2009 18:00

Moi j'ai bien aimé, Clint le justicier solitaire ... et finalement ce film m'a dit (à moi) que quand tu finis par connaître les gens, même si au départ tu as des préjugés, ça peut changer....comme quoi il vaut mieux 2 avis qu'un seul !

DADA 08/03/2009 20:51



Le message du film, je l'ai très bien compris. Mais un homme qui attend la fin de sa vie pour comprendre des voisins différents de lui, non, je n'adhère pas. Surtout qu'ayant fait une guerre
injuste en Corée, il sait très bien le prix que coûte une vie.
Je pense qu'il aurait du être plus subtil, moins caricatural. Sinon, l'image, la lumière, restituent une belle atmosphère.
Mais Clint reste Clint. Et je l'aime décidément beaucoup !



Gislaure 07/03/2009 15:51

Coucou ! Décidément Tibrikot et toi , vous êtes des spécialistes de comptes-rendus de films ou de livres !  Donc pas besoin d'aller les voir...surtout celui-ci si il est violent  ...J'ai horreur de la violence, et d'autre part depuis quelques temps je ne fréquente plus les salles de cinémas à cause des microbes qui s'y propagent !  Mes bronches fragiles ne supportent pas la promiscuité...hé hé ... Finalement , ton parrain était né la même année que moi...c'est ce que j'ai retenu entre autre...  Un bisou du samedi tout gris à Paris aujourd'hui...

DADA 08/03/2009 20:53



Tu sais moi ce qui me retient d'aller au ciné c'est le coût, et, encore, à Dijon, il semblerait que ce ne soit pas trop cher : 8,70 € la place. Avec le CE de mon boulot ça me revient à 5 .
Mais bon, pour cette scéance à 14h00, sur une salle de 400 places, nous étions une 50 aines.
Je t'embrasse



Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents